Mobilité électrique: les flottes de véhicules mènent la danse

Les véhicules de livraison, les bus et les voitures particulières des autorités européennes comme des entreprises privées fonctionnent toujours plus à l’électricité. Les conséquences positives sont multiples pour la décarbonation et pour le marché de l’énergie. La Suisse présente elle aussi un gros potentiel en la matière.
19.02.2021

63 millions de voitures, de véhicules de livraison, de bus et de poids lourds: tel est le nombre de véhicules utilisés par les entreprises privées et les autorités en Europe. Ils ont beau ne représenter que 20% du parc automobile, ils génèrent la moitié des émissions de CO2 du secteur des transports. Ils posent donc problème, mais peuvent aussi se transformer en ressorts servant à accélérer la décarbonation.

«L’électrification des flottes de véhicules peut réellement changer la donne», déclare Kristian Ruby, secrétaire général de l’association faîtière européenne Eurelectric. «Elle s’accompagne d’une baisse sensible des coûts opérationnels tout comme des émissions de CO2. C’est une bonne affaire aussi bien pour les propriétaires de flottes que pour la société dans son ensemble.»

Les incitations étatiques et les rabais pour les ventes de masse de véhicules électriques rendent l’acquisition de ces derniers attractive pour les autorités et les entreprises. De plus, les flottes de véhicules circulent généralement sur des itinéraires prévisibles, ce qui favorise le développement de nouvelles infrastructures de recharge à des carrefours tactiquement importants. Et la communauté entière profite ensuite de ces nouvelles bornes de recharge.

D’ici à 2030, le déploiement doit prendre encore beaucoup d’élan

Les 213 000 bornes de recharge publiques pour les véhicules électriques existant actuellement en Europe, dont seulement 14% de chargeurs rapides, sont encore bien en dessous de la valeur cible de la Commission européenne. En effet, dans 10 ans, les Européens doivent disposer de trois millions de points de recharge publics. L’étude «Accelerating fleet electrification in Europe: When does reinventing the wheel make perfect sense?» réalisée par Eurelectric et EY exprime clairement cela: «L’infrastructure publique de recharge nécessite 20 milliards d’euros, contre 60 milliards pour l’infrastructure privée. Et il faut encore 25 milliards d’euros pour que les réseaux de distribution d’électricité puissent soutenir le développement de l’infrastructure de recharge.»

«Il est clair qu’aucun secteur ne peut porter à lui seul cette transition», selon Serge Colle, EY Global Power & Utilities Leader. «La collaboration entre tous les acteurs de l’e-mobilité est décisive pour réussir.»

L’AES s’engage résolument pour l’électromobilité

Globalement, avec 4,2%, la part de véhicules électriques en Suisse est encore faible. En 2020, néanmoins, déjà 20% des nouvelles immatriculations concernant des véhicules particuliers fonctionnant uniquement à l’électricité. Afin de continuer à favoriser la grande transition entre les véhicules fonctionnant à l’énergie fossile et ceux propulsés grâce à l’électricité, il faut une offre encore plus large de véhicules, des progrès supplémentaires dans le développement des batteries, une infrastructure de recharge adaptée aux besoins, ainsi que le développement de standards (p. ex. pour les prises). Parallèlement, la Suisse doit développer massivement les énergies renouvelables afin de pouvoir couvrir la demande en électricité de manière générale, mais aussi la demande supplémentaire dans le domaine de la mobilité. «Il faut renforcer et étendre aussi les réseaux de distribution – et y intégrer les bornes de recharge – afin de pouvoir gérer par exemple les forts pics de charge», estime le Directeur de l’AES Michael Frank.

«Il faut renforcer et étendre aussi les réseaux de distribution – et y intégrer les bornes de recharge – afin de pouvoir gérer par exemple les forts pics de charge.»

L’AES soutient la stratégie énergétique et climatique de la Confédération et s’engage pour sa mise en œuvre. Dans le cadre de la «Feuille de route pour la mobilité électrique 2022», l’Association développe des directives pour harmoniser et raccorder les bornes de recharge (p. ex. les Prescriptions des distributeurs d’électricité), soutenant ainsi des modèles dynamiques et flexibles pour la tarification du réseau.

L’e-mobilité contribue de manière importante à la décarbonation de la consommation d’énergie – dans le meilleur des cas, en faisant le plein d’hydraulique suisse.