«Dix pays européens estiment que l’offre en électricité est critique»

L’Accord de Paris sur le climat et la Stratégie énergétique 2050 ont préparé le terrain en matière de politique énergétique. Plus de 400 représentants de haut rang de la politique, de l’économie et du secteur de l’électricité s’intéressent au présent et à l’avenir du paysage énergétique suisse à l’occasion du 13e Congrès suisse de l’électricité, au Kursaal de Berne, organisé par l’Association des entreprises électriques suisses (AES) et Electrosuisse.
18.01.2019

Le 13e Congrès suisse de l’électricité, qui se tient au Kursaal de Berne, a été inauguré par Urs Rengel, Président d’Electrosuisse, ainsi que par Michael Wider, Président de l’AES. Dans son discours, M. Wider a souligné les réserves de dix pays européens quant au marché de l’électricité actuel: «L’offre en électricité est estimée comme critique – et avec elle, la sécurité d’approvisionnement. Cela a à voir avec le marché «energy only», sur lequel les clients ne paient qu’en fonction des kilowattheures soutirés. À court terme, ce modèle de marché fonctionne, grâce à des mécanismes et des fluctuations du marché économiquement compréhensibles. À moyen et à long terme, le marché «energy only» n’est toutefois pas capable de donner des signaux positifs. Cela vaut aussi bien pour l’Europe que pour la Suisse. Le monde électrique décentralisé ne pourra lui aussi qu’atténuer cette problématique, mais pas la résoudre.» Un accord sur l’électricité avec l’UE créerait une base plus solide pour la collaboration internationale, d’après M. Wider: «D’une part, car la Suisse est intégrée en Europe depuis 1957 d’un point de vue physique et qu’il devient toujours plus difficile et cher de garantir la stabilité du réseau. D’autre part, car l’impact financier de l’absence d’accord sur le négoce d’électricité se fait maintenant nettement jour.»

Benoît Revaz, directeur de l’Office fédéral de l’énergie OFEN, s’est exprimé sur le thème de l’ouverture du marché: «Une ouverture complète du marché offre aux clients une certaine transparence, une plus grande efficacité et des possibilités de choix accrues. Les énergies renouvelables sont mieux intégrées au marché – et les clients peuvent proposer leurs flexibilités.» Yves Zumwald, CEO de Swissgrid SA, a quant à lui choisi le thème de la sécurité du réseau et a clairement mis en évidence les répercussions de l’absence d’accord sur l’électricité sur la stabilité du réseau et le travail de Swissgrid: «La stabilité du réseau ne peut être garantie que dans un contexte européen. Des progrès sont faits dans le développement du réseau en Suisse, mais ils sont lents. En Europe, nous sommes de plus en plus souvent exclus, par exemple du couplage des marchés infrajournaliers.» La relation entre la Suisse et l’UE a bien entendu aussi été abordée par Michael Matthiessen, ambassadeur de l’UE auprès de la Suisse et de la Principauté de Liechtenstein. Il a souligné le fait que les négociations bilatérales avec la Suisse étaient closes. «Le présent contrat-cadre – et partant un possible accord sur l’électricité avec l’UE – est maintenant dans l’intérêt économique absolu des deux parties.»

Carlo Schmid-Sutter, le président sortant de la Commission fédérale de l'électricité (ElCom), a mentionné les investissements considérables réalisés chaque année dans les infrastructures du réseau suisse : « Il s'agit d'environ 1,4 milliard de francs. La haute qualité que nous offrons n'est pas gratuite. »

Dr Christian Jacobsson, Head of Energy AI Alpiq, a mis en garde contre la menace croissante que les pirates informatiques font peser sur les infrastructures énergétiques aujourd'hui : «Les attaques professionnelles sont depuis longtemps à la disposition des profanes via Darknet.» La demande d'experts compétents en matière de sécurité des TIC est d'autant plus forte.

Lors d’une table ronde, les représentants des partis PLR, PS, PVL et PBD ont débattu de l’avenir de l’électricité. Tous ont reconnu que la Suisse ne pouvait pas mener de stratégie purement axée sur les importations et que des incitations aux investissements, aussi bien à moyen qu’à long terme, revêtaient un caractère essentiel pour la production indigène.

Informations complémentaires

Le programme détaillé

Twitter

@stromkongress und @vse_aes. Hashtag: #stk2019

Renseignements

Sandro Pfammatter
Porte-Parole
Mail
sandro.pfammatter@strom.ch
Phone
062 825 25 24
Céline Reymond, porte-parole
Céline Reymond
Porte-Parole
Mail
celine.reymond@electricite.ch
Phone
021 310 30 23