Une collaboration exemplaire entre les réseaux électriques, pour davantage de biodiversité

Les services industriels de la ville de Bâle et Pro Natura Bâle-Campagne s’associent: dans un projet commun autour de la biodiversité, ces deux entités revalorisent écologiquement de grandes surfaces naturelles sous les lignes électriques.
08.03.2022

Un projet commun autour de la biodiversité (en allemand)

Concilier approvisionnement en électricité et protection de l’environnement? Malheureusement, les nombreux projets d’extension d’installations de production renouvelable qui se retrouvent bloqués montrent que ces deux intérêts ne concordent pas toujours. Et ce, au détriment de la sécurité de l’approvisionnement en électricité comme du climat. Pourtant, les services industriels de la ville de Bâle et Pro Natura Bâle-Campagne prouvent qu’il peut aussi en aller autrement. Dans un projet commun, ces deux entités revalorisent en effet écologiquement des surfaces particulièrement appropriées situées sous les lignes à haute tension existantes.

Pour ce faire, le fournisseur d’énergie adapte les travaux de maintenance, en coopération avec Pro Natura Bâle-Campagne et la zone forestière compétente, comme l’indique la porte-parole Jasmin Gianferrari: «Nous poursuivons une nouvelle approche au niveau de l’entretien et de la maintenance des lignes électriques.» Au lieu de simplement «tout raser», on peut créer, sans générer davantage de travaux d’entretien, de précieux axes de liaison et espaces vitaux pour les nombreuses espèces animales et végétales menacées et rares et, ainsi, pourvoir à davantage de biodiversité.

La forêt située sous les lignes électriques doit être maintenue à un bas niveau, afin qu’aucun arbre ne touche les lignes. C’est pourquoi elle a été complètement taillée environ tous les dix ans – ce qui n’est pas optimal pour la biodiversité. Désormais, la végétation de la région du Mittlerer Brandel est entretenue de façon sélective et continue sur une surface de quelque 20 000 mètres carrés, et davantage d’espace est créé pour des espèces précieuses, rares et indigènes. Bandes herbeuses, cordons de buissons, lisières de forêt découpées et dégradées, ainsi que zones boisées clairsemées viendront bientôt parer les surfaces situées sous les lignes électriques. De plus, deux mares seront aménagées dans une section humide.

Le premier sous-projet dans la région du Mittlerer Brandel a démarré, d’autres projets de revalorisation sous des lignes électriques existantes sont en cours de développement. IWB parle d’un «jalon important», et Pro Natura Bâle-Campagne accorde aussi une grande importance à ce projet: «Il joue un rôle essentiel dans la mise en réseau et créera durablement de précieux espaces vitaux pour les plantes et les animaux menacés tels que les papillons, les reptiles et les amphibiens», déclare Thomas Fabbro, co-directeur, interrogé par l’AES.

Une collaboration exemplaire

Le rapprochement des deux entités est né à l’initiative d’IWB. Le fournisseur d’énergie poursuit au total cinq objectifs de durabilité, dont l’un en faveur de la protection de la nature et des espèces. L’idée serait née au cours de discussions sur un concept de mise en œuvre, écrit J. Gianferrari. «Grâce à sa compétence riche et variée dans les projets de protection de la nature et de revalorisation, Pro Natura Bâle-Campagne soutient IWB en utilisant au mieux les surfaces que possède cette dernière et qui sont de sa responsabilité pour promouvoir la protection de la nature et la diversité des espèces.»

«Lorsque les exigences environnementales sont intégrées au processus de planification de l’infrastructure énergétique, les deux parties sont gagnantes.»

Thomas Fabbro a lui aussi la confirmation qu’une bonne collaboration entre associations environnementales et entreprises énergétiques est possible: «Lorsque les exigences environnementales sont intégrées au processus de planification de l’infrastructure énergétique, les deux parties sont gagnantes et nous pouvons préserver notre nature pour les générations futures.» Une grande volonté et un réel engagement seraient néanmoins nécessaires pour concilier les exigences énergétiques, climatiques et liées à la biodiversité.

L’exemple le montre: une collaboration ouverte et d’égal à égal, empreinte d’une confiance réciproque, représente le fondement permettant de trouver des solutions largement acceptées pour l’approvisionnement en énergie et la protection de l’environnement.