Sécurité d'approvisionnement

La taille critique

La sécurité d'approvisionnement est prioritaire – l’approvisionnement hivernal en est d’ailleurs le nerf de la guerre. La mise en œuvre des objectifs de politique énergétique et climatique nécessite un développement massif des énergies renouvelables, qui se focalise sur la production en hiver. Pour réussir, la sécurité de planification et les conditions d’investissement doivent être améliorées pour les énergies renouvelables.

La sécurité d'approvisionnement est prioritaire

Un approvisionnement en énergie fiable constitue une des bases vitales du fonctionnement de l’économie et de la société. La voie vers un avenir respectueux du climat requiert une profonde mutation de notre système énergétique. Celle-ci passe par l’électricité. La fin du nucléaire et l’électrification engendrent des besoins de production supplémentaires d’au moins la quantité de l’hydraulique actuelle d’ici à 2050 – et cela même si nous parvenons à fortement améliorer l’efficience. Ces besoins doivent être couverts autant que possible par du courant renouvelable indigène.

La suppression progressive de capacités assurées (nucléaire, charbon) modifie le marché de l’électricité en profondeur – pas seulement en Suisse, mais à l’échelle européenne. La production devient plus volatile et dépend davantage des conditions météorologiques. Ces changements peuvent avoir une influence négative sur la capacité d’importation de la Suisse, car nos voisins doivent eux aussi remplacer de grandes quantités de capacités conventionnelles par des énergies renouvelables. La sécurité d’approvisionnement à long terme doit donc aussi à l’avenir reposer sur une production indigène appropriée. De plus, d’autres mesures doivent être prises, notamment pour garantir la stabilité du réseau.

L’hiver constitue la période critique pour l’approvisionnement en électricité. Le développement des énergies renouvelables doit se focaliser sur la production hivernale. (Image: KWO)

Le nerf de la guerre, c’est l’approvisionnement hivernal

Dans le monde de l’énergie renouvelable, les différences saisonnières sont accentuées. L’hiver, froid et sombre, le soleil brille moins longtemps et à une moindre intensité, et la quantité d’eau qui coule est plus faible, tandis que les pompes à chaleur tournent à plein régime. Voilà pourquoi le développement des énergies renouvelables doit se focaliser avant tout sur l’hiver et les profils de production correspondants (en particulier hydraulique, éolien, photovoltaïque en altitude). Un large mix de toutes ces technologies contribue à la diversification.  

Il est possible qu’à l’avenir, lorsque les conditions météorologiques seront défavorables, nos voisins ne puissent plus approvisionner la Suisse, même s’ils le voulaient. Le développement des énergies renouvelables doit par conséquent être piloté de façon à permettre de combler des situations critiques. Pour la sécurité d’approvisionnement, la référence suivante devrait faire foi: la Suisse doit pouvoir s’approvisionner par ses propres moyens pendant au moins 14 jours et la part moyenne d’importations en hiver doit être inférieure à 20%. 

Sécurité de planification et incitations à investir dans les énergies renouvelables

Les conditions-cadre doivent être au point pour faire avancer les choses. Elles doivent assurer le financement des installations et garantir la sécurité de planification. La transformation du système énergétique ne peut réussir et la sécurité d’approvisionnement ne peut être garantie à long terme tout au long de l’année que si on investit dans la production indigène existante et nouvelle. L’intégration complète des coûts du CO2 dans les prix à l’échelle internationale donnerait vraiment de l’élan aux énergies renouvelables. Poursuivre l’encouragement en guise de solution provisoire constitue la voie pragmatique. 

L’hydraulique restera la colonne vertébrale de l’approvisionnement. La doyenne des énergies renouvelables fournit toute la gamme de fonctionnalités indispensables – et en toute fiabilité: flexibilité, énergie en ruban et stockage. Il est donc essentiel de maintenir et de rénover les installations existantes. Pour cela, il faut des incitations à investir ciblées et un allègement des taxes. La réglementation de la redevance hydraulique, vielle de plus d’un siècle, doit notamment être mise au goût du jour et rendue compatible avec le marché.

Un encouragement réussi des investissements sur le territoire national passe également par l'acceptation des installations. En effet, un approvisionnement en énergie sans aucune atteinte à l’environnement et au paysage n’existe pas, même avec les énergies renouvelables. Afin de pouvoir néanmoins aller de l’avant, les conflits d’intérêt doivent être mis en évidence et abordés en se projetant dans l’avenir. Lors de la pondération des intérêts, une procédure qui soit fiable en termes de contenu et prévisible en termes de temps est indispensable. 

Informations complémentaires