Digitalisation

Notre approvisionnement en énergie devient toujours plus complexe et décentralisé. Les réseaux énergétiques et interconnectés sont la clé de la stabilité et de l’efficacité. La société et l’économie sont, elles aussi, dépendantes d’un approvisionnement sûr en énergie (électricité, gaz et chaleur) dans tous les secteurs. Les technologies numériques aident à gérer cette complexité croissante.

La gestion des données se trouve au centre de cette digitalisation. Aujourd’hui, le secteur énergétique s’emploie très intensivement à définir comment gérer les importants flux de données provenant de l’injection, du smart metering ou encore de l’exploitation des réseaux, avec pour objectif de mettre en place des processus efficaces, rapides et automatisés. Les entreprises énergétiques doivent devenir de véritables spécialistes des données. C’est le seul moyen pour elles d’en apprendre plus sur les besoins de leurs clients et de proposer les produits et services appropriés.

Digitalisation
La digitalisation des processus-clé de la production d’électricité, du transport, du négoce, de la distribution et de la commercialisation est bien avancée. De nombreux processus devraient pouvoir être effectués par les clients via leur smartphone.

La digitalisation pousse aussi les entreprises à optimiser leurs processus internes, par exemple à travers l’analyse des processus («process mining»). Des processus internes optimisés sont en outre nécessaires pour pouvoir réagir aux nouveaux besoins des clients. Même dans un monde digitalisé, le produit «électricité» ne change pas. Ce qui change, ce sont par exemple les canaux de distribution pour commercialiser ce produit, ou encore les exigences des clients à alimenter. De simples consommateurs, ces derniers deviennent de plus en plus des acteurs actifs du marché dans le système énergétique. Le client numérique veut des produits confortables, individualisés et disponibles tout de suite. Du côté de la vente, cette évolution a par exemple pour effet la création de plateformes numériques multicanaux, grâce auxquelles les entreprises entendent regrouper l’interaction avec le client: en ligne, via mobile, dans le call center et par la vente sur place. Parallèlement, cela permet d’analyser le comportement des clients à tous ces points de contact. 

Les frontières de la branche s’estompent

La transformation numérique fait disparaître aussi les frontières de la création de valeur, du moins là où cela est possible d’un point de vue régulatoire dans le secteur énergétique. Les données ne connaissent pas de frontières et peuvent être collectées, traitées et analysées via différents systèmes afin de créer, à partir de ces données, des produits et des services. Non seulement les frontières de la création de valeur deviennent plus floues dans le sillage de la digitalisation, mais celles de la branche s’estompent elles aussi et la collaboration avec de nouveaux participants gagne en importance. Par exemple, le thème de l’électromobilité inclut plusieurs niveaux de création de valeur dans le secteur énergétique et «ouvre» en quelque sorte une nouvelle «branche».

L’innovation par le changement de culture

S’ajoute le fait que la digitalisation requiert toujours plus un changement de culture dans les entreprises. Les nouvelles «méthodes agiles» de collaboration ou les technologies de communication numériques endossent alors un rôle central. Pour les entreprises, l’enjeu est finalement de pouvoir doter leurs collaborateurs des qualifications nécessaires dans le monde numérique ou d’embaucher le personnel approprié.

La question de savoir comment la «digitalisation», élément déjà difficile à appréhender aujourd’hui, va évoluer, sera la grande préoccupation du monde énergétique dans les années à venir.

Ein Haus mit Sensoren

L’Internet des objets

L’«Internet des objets» signifie que de plus en plus d’appareils équipés de capteurs sont reliés à Internet, fournissant ainsi des données en permanence.

En 2035, le marché de l’énergie est largement pénétré par la digitalisation. L’Internet des objets veille à ce que toujours plus d’appareils soient reliés à Internet et livrent des données en permanence. La croissance des données est énorme. L’analyse et l’évaluation de ces données aident à surveiller et à optimiser les processus ainsi qu’à automatiser et à améliorer les prévisions. Elles contribuent notamment à flexibiliser la demande et à optimiser la production. C’est la digitalisation qui permet de développer l’approvisionnement décentralisé.

Informations complémentaires