Pour un réseau futé

Un approvisionnement électrique sans réseau? Impossible! Et la transformation du système énergétique l’est d’autant plus. Le réseau doit devenir futé pour mener à bien l’avenir énergétique. Lisez-en davantage dans notre «plume politique».
29.10.2019

Imaginez l’approvisionnement en électricité comme un organisme. En son cœur se trouvent les centrales et les dispositifs de stockage, tels des organes qui alimentent l’ensemble du corps en sang – ou si vous préférez, en courant électrique – jusque dans les plus petits capillaires. Jusqu’à présent, cet organisme fonctionnait de façon exemplaire et avec la plus grande fiabilité.
 
Aujourd’hui, nous allons au-devant d’une transformation fondamentale de l’approvisionnement énergétique: la forte expansion des énergies renouvelables et l’électrification font subir à l’organisme énergétique une opération d’une envergure sans précédent: à l’avenir, les organes ne se trouveront plus uniquement au centre, mais seront également décentralisés. Des orteils aux oreilles, des milliers de centrales et dispositifs de stockage de petite taille seront répartis dans tout le corps.

«Afin qu’ils puissent travailler main dans la main, les gestionnaires et les utilisateurs du réseau ont tous deux besoin de davantage de marge de manœuvre.»

Dans la pratique, une telle mutation met les réseaux électriques de distribution sens dessus dessous. Le courant n’y circule plus seulement du haut vers le bas, mais aussi du bas vers le haut et même au sein de chaque niveau de tension. Le photovoltaïque et les stations de charge pour l’électromobilité provoquent en outre des pics de puissance élevés lorsque de grandes quantités de courant sont réinjectées ou soutirées en peu de temps. Pour corser le tout, ces pics se produisent justement dans les capillaires, sans tenir compte du fait qu’à l’origine, ces derniers ont été conçus pour que le courant s’écoule tranquillement depuis la prise, et non pour fournir un jet à haute pression. De plus, davantage de clients s’approvisionneront eux-mêmes en courant. Or, même ces clients doivent pouvoir compter à n’importe quel moment sur un approvisionnement intégral et fiable provenant du réseau pour combler d’éventuelles lacunes de leur propre production.

L’«opération» quant à l’avenir énergétique est déjà engagée côté production. Côté réseau, il reste maintenant à établir les conditions qui permettront de faire fonctionner le nouvel organisme énergétique. Cela passe par davantage d’intelligence et une participation plus active des clients. Leurs décisions d’investissement et leur comportement de consommation influencent en effet considérablement la mise à disposition et l’exploitation du réseau.
 
Afin qu’ils puissent travailler main dans la main, les gestionnaires et les utilisateurs du réseau ont tous deux besoin de davantage de marge de manœuvre. Un prix plus élevé lorsque le réseau est fortement sollicité, un prix plus bas lorsqu’il est moins sollicité: voici les conditions dans lesquelles peuvent se développer des solutions décentralisées et intelligentes – et un réseau efficace et futé.

Voir également


La plume politique

À la rubrique «La plume politique» du magazine de la branche Bulletin, Dominique Martin, Responsable Affaires publiques à l’AES, publie régulièrement ses commentaires et ses appréciations sur des thèmes de politique énergétique.