Élargissons notre horizon

La plume politique 3/2018
01.03.2018
Horizon

Les signaux en matière de politique climatique étaient loin d’être unanimes ces derniers mois. Les climato-sceptiques ont le vent en poupe depuis l’arrivée du nouveau président américain. En revanche, les discussions au World Economic Forum (WEF) à Davos laissent entrevoir qu’un mouvement global et tout aussi déterminé entend poursuivre l’effort visant à protéger le climat.

Au WEF, il a été évoqué que la lutte contre le changement climatique ne pouvait incomber uniquement aux gouvernements, mais relevait aussi de la responsabilité des entreprises et des citoyens. Prenons donc ce propos comme devise pour la révision actuelle de notre loi sur le CO2 et ouvrons le corset: faciliter l’action à l’échelle individuelle doit passer par un net élargissement et une optimisation des conventions d’objectifs permettant aux entreprises de s’engager et de se libérer, en contrepartie, de la taxe sur le CO2. L’innovation en sortira gagnante.

«Cette dernière provenant de plus en plus d’énergies renouvelables, un équilibrage doit être trouvé entre les périodes à production abondante, en été, et celles de pénurie, en hiver.»

Autre thème d’actualité à Davos: l’électrification. Celle-ci favorise la décarbonisation – tout en accroissant les besoins en électricité. Cette dernière provenant de plus en plus d’énergies renouvelables, un équilibrage doit être trouvé entre les périodes à production abondante, en été, et celles de pénurie, en hiver. Le réseau gazier pourrait y contribuer, car il offre la possibilité de stocker les surplus de photovoltaïque et d’éolien («Power to gas») et d’utiliser ultérieurement ce gaz pour le retransformer en électricité.

Le couplage des secteurs électricité-chaleur-mobilité constitue ainsi une des clés du succès. La politique climatique ne devrait donc pas entraver la complémentarité de l’électricité et du gaz. Ainsi, il faut notamment mettre un terme à la pénalisation d’éventuelles centrales à gaz en Suisse. En vue de les mettre sur un pied d’égalité avec leurs concurrentes européennes, elles doivent être assujetties au système d’échange de quotas d’émission. De plus, les systèmes suisse et européen doivent être couplés.

Élargissons donc notre horizon en adoptant une politique climatique qui donnera un coup de pouce à l’innovation et à un approvisionnement énergétique orienté vers l’avenir.

Voir également


La plume politique

À la rubrique «La plume politique» du magazine de la branche Bulletin, Dominique Martin, Responsable Affaires publiques à l’AES, publie régulièrement ses commentaires et ses appréciations sur des thèmes de politique énergétique.