La sécurité d’approvisionnement au cœur des Powertage 2022

Le forum spécialisé Powertage 2022 s’est totalement consacré à la sécurité d’approvisionnement. Le sujet a été abordé sous différentes perspectives: du point de vue général de la branche, des autorités et des fournisseurs d’énergie; dans le contexte d’une gestion plus efficace de l’énergie; enfin, du point de vue de la formation professionnelle.
23.05.2022
Gian von Planta, Jörg Wild, Benoît Revaz, Nadine Brauchli et l'animateur Rolf Schmid (de g. à dr.) ont discuté de la sécurité d'approvisionnement.

Dans son exposé, Nadine Brauchli, responsable du département Énergie à l’AES, a présenté aux personnes présentes les éléments qui, du point de vue de la branche, sont nécessaires pour que la sécurité d’approvisionnement reste à l’avenir au niveau élevé qu’elle a atteint aujourd’hui; pour ce faire, elle a cité la Feuille de route Sécurité d’approvisionnement que l’AES avait lancée fin 2021. Ce document regroupe plus de 40 mesures qui doivent permettre de garantir la sécurité d’approvisionnement également à l’avenir.

Nadine Brauchli considère la réalisation des objectifs énergétiques et climatiques comme très ambitieuse, en particulier en raison des procédures de planification, de recours et d’autorisation actuellement de très longue haleine. «Si nous poursuivons au rythme actuel, il nous faudra 100 ans pour atteindre ces objectifs.» C’est pourquoi des mesures, dont la mise en œuvre dure longtemps par nature, doivent selon elle être engagées dès maintenant.

Tabler sur le scénario le plus pessimiste

Lors de la table ronde qui a suivi cet exposé, Nadine Brauchli, le directeur de l’OFEN Benoît Revaz, Gian von Planta, responsable Installations et réseaux chez SWL Energie AG, et Jörg Wild, CEO du fournisseur de gaz Energie 360° AG, ont discuté avec l’animateur Rolf Schmid de la situation actuelle et des défis à venir. Benoît Revaz a fait observer que la Suisse devait se préparer au scénario le plus pessimiste, tandis que Jörg Wild s’est étonné que le gaz russe continue d’être livré pratiquement sans restrictions vers l’Europe de l’Ouest. «Mais nous nous préparons à un scénario catastrophe. Nous constatons d’ores et déjà que la clientèle recherche des alternatives.»

«Si nous poursuivons au rythme actuel, il nous faudra 100 ans pour atteindre ces objectifs.»

Gian von Planta confirme: «Avec les prix en hausse pour l’énergie fossile, la clientèle s’est montrée davantage prête à résilier son abonnement pour le raccordement au gaz et à s’informer sur les énergies renouvelables.» Depuis le début de la guerre, le business a totalement changé. De nombreux clients s’intéressent désormais aux pompes à chaleur ou au chauffage à distance. Pour pouvoir alimenter toutes ces pompes à chaleur avec suffisamment de courant, un développement rapide de la production issue d’énergies renouvelables ainsi que de la production hivernale est par conséquent essentiel, a réagi Nadine Brauchli à ce sujet.

Utilisation efficace de l’énergie dans la communauté

Konrad Rieder, responsable Gestion de la régulation aux Services industriels de Genève (SIG), et Valérie Bourdin (AES) ont ensuite présenté un projet intéressant sur l’efficacité énergétique. Les SIG ont lancé, à l’adresse www.energysavers.ch, une communauté qui entend s’occuper du thème de l’efficacité énergétique. Le projet est ouvert à toutes les personnes intéressées.

Sans personnel qualifié, pas de transformation du système énergétique

Le personnel qualifié dans la branche de l’énergie représente une part importante, mais souvent sous-estimée de la sécurité d’approvisionnement. Dans un bref exposé, Christoph Hauser, professeur à la Haute école de Lucerne, a démontré au moyen d’évolutions démographiques et sociales pourquoi la branche ne pouvait pas trouver suffisamment de personnel qualifié. Pourtant, celui-ci serait tellement important pour entretenir l’infrastructure et mettre en œuvre le développement prévu.

Une discussion sur le thème de la pénurie de personnel qualifié s’en est suivie, à laquelle ont participé Christoph Hauser et Rolf Schmid, ainsi qu’Andreas Degen, responsable Formation professionnelle à l’AES, Reto Schrepfer, responsable de la formation professionnelle chez EWZ, et Yves Nützi, en troisième année d’apprentissage d’électricien de réseau. C’est finalement Yves Nützi qui a formulé l’essentiel: «Sans nous, les électriciens de réseau, rien ne fonctionne.»