Télécharger ici votre document

Le document que vous recherchez n’est  pas proposé dans les résultats?

Si vous recherchez des documents destinés aux membres, tels que des documents thématiques ou de position, vous devez vous connecter.

Vous n’avez pas de compte? Enregistrez-vous ici.

Flexibilisation de la demande: piloter la consommation d'électricité

La notion de flexibilisation de la demande englobe les activités des consommateurs finaux et des fournisseurs d’énergie qui visent à répartir la demande de manière plus équilibrée et à réduire l’ampleur des pointes de puissance, ou à égaliser la courbe de charge, en la rapprochant par exemple de celle de la production d’énergie stochastique. Car le développement des technologies photovoltaïque et éolienne confronte la Suisse à de nouveaux défis en matière d’approvisionnement énergétique: la production d’électricité dépendra de plus en plus des conditions météorologiques. La démarche de flexibilisation de la demande permet de gérer dans une certaine mesure les fluctuations entre l’offre et la demande, soit par le biais d’incitations tarifaires au niveau des consommateurs, soit par le biais de méthodes de télécommande.

Facteurs d’influence sur la demande en électricité

Le présent document étudie les facteurs ayant une influence sur le développement de la demande en électricité. Les chiffres des années passées mettent en évidence un lien étroit entre la croissance démographique et économique et la demande en électricité. En outre, une meilleure efficacité énergétique globale est synonyme d’une plus grande proportion d’électricité dans l’ensemble de l’énergie et, par conséquent, d’une plus grande consommation d’électricité (effet de substitution). La croissance démographique et économique et l’évolution de la demande en électricité ont un rapport direct. Si l’on prévoit une période de croissance économique, il faut également envisager une hausse de la demande en électricité. Cet effet ne peut être atténué que par le biais de mesures législatives drastiques.

Couplage chaleur-force (CCF)

Environ la moitié de la consommation finale d’énergie est aujourd’hui utilisée pour la production de chaleur, la plupart du temps par la combustion directe de mazout ou de gaz naturel dans des chaudières. Pour des raisons liées à la protection de l’environnement et en particulier du climat, à l’évolution incertaine des coûts et à la dépendance vis-à-vis de l’étranger, la combustion d’agents énergétiques fossiles ne semble pas raisonnable. Malgré la mise en œuvre des mesures d’efficacité énergétique, par exemple l’amélioration de l’isolation thermique des bâtiments et la baisse des degrés-jours de chauffage en raison du changement climatique, les besoins en chaleur resteront considérables (jusqu’à 50 à 70% de leur niveau actuel d’ici à 2050). Dans la mesure où des températures relativement élevées sont nécessaires, le recours à des installations de couplage chaleur-force peut être envisagé. En combinaison avec des combustibles renouvelables ou avec le captage du CO2, ces installations pourraient être exploitées de manière neutre pour le climat.

Formation des prix de l’électricité

Les prix de l’électricité se forment sur le marché libre, en fonction de l’offre et de la demande. Ils dépendent de la conjoncture générale, mais aussi des conditions météorologiques, du prix des énergies primaires, des capacités transfrontalières, de l’injection d’électricité éolienne ou photovoltaïque et d’une multitude d’autres facteurs. Sur la bourse de l’électricité, le prix est déterminé par les coûts marginaux de la dernière centrale encore utilisée pour couvrir la demande. En outre, dans la mesure où la Suisse exporte et importe une quantité relativement élevée d’électricité par rapport à sa consommation, les tarifs pratiqués dans les pays voisins jouent un rôle important pour les prix de gros. Pour les tarifs des clients finaux, le cours du change CHF/€ ainsi que les suppléments liés au risque induit par la modification des quantités d’énergie à fournir et par l’énergie d’ajustement, ceux relatifs à l’utilisation du réseau et aux services-système, les concessions aux communes et la promotion des énergies renouvelables doivent aussi être pris en compte.

L’approvisionnement en électricité: un facteur économique et de compétitivité

L’approvisionnement en électricité constitue une composante essentielle de la fourniture d’énergie aux niveaux national et international, tant pour l’économie que pour la société. La branche de l’électricité suisse représente quelque 22 000 emplois à temps plein et un chiffre d’affaires de plus de 8 milliards de francs, soit environ 1,5% du PIB suisse. De plus, via l’achat de prestations préalables, la branche de l’électricité génère de la valeur ajoutée et de l’emploi dans d’autres secteurs économiques. Au total, elle est directement ou indirectement responsable de 75 000 emplois à temps plein et d’une valeur ajoutée d’environ 18 milliards de francs. En outre, dans la mesure où elle contribue à assurer un approvisionnement en électricité fiable et bon marché, l’industrie électrique revêt pour l’économie nationale et la société une importance beaucoup plus grande que ne le laissent supposer les considérations purement économiques. Cette importance perdurera à l’avenir car les facteurs décisifs pour l’évolution future de la demande en électricité résident d’une part dans le développement du PIB et du revenu par tête et d’autre part dans les évolutions technologiques. Si l’élasticité-prix de la demande en électricité est très faible à court terme, elle s’accroît légèrement lorsqu’elle est considérée sur des périodes plus longues. À long terme, on peut donc s’attendre à ce qu’une modification des prix de l’électricité ainsi que la Stratégie énergétique 2050 acceptée par le peuple au printemps 2017 induisent des modifications du comportement de consommation des clients.