Énergies renouvelables: les projets de développement en cours

La Suisse doit développer massivement sa production d’électricité si elle veut atteindre, à long terme, la neutralité climatique et garantir la sécurité d’approvisionnement. D’après cette vue d’ensemble, 129 projets de développement (état: 02.02.2024) sont connus à l’échelle suisse. Au total, si tous les grands projets se concrétisaient, on atteindrait une production annuelle de 4,6 térawattheures et au moins 3,8 TWh de courant hivernal supplémentaire.

D’ici à 2050, la Suisse aura besoin de beaucoup plus d’électricité. Elle doit combler une lacune de courant électrique d’au moins 37 TWh – dont plus de la moitié en hiver –, en particulier au moyen d’installations hydrauliques, solaires et éoliennes. C’est à cette conclusion qu’arrive l’étude scientifique de l’AES «Avenir énergétique 2050» en collaboration avec l’Empa. La lacune d’électricité résulte du remplacement d’agents énergétiques fossiles par de l’électricité (décarbonation) et de l’arrêt progressif des centrales nucléaires suisses. Le rythme actuel de développement n’est de loin pas suffisant pour combler cette lacune.

Pourtant, les grands projets de bonne qualité ne manquent pas pour faire avancer considérablement le développement de la production (hivernale) suisse d’électricité, comme le montre la vue d’ensemble proposée par l’AES. Il s’agit de la première plate-forme qui donne une visibilité au développement de la production d’électricité à l’échelle suisse et liste les nombreux grands projets connus qui sont planifiés ou en cours, ainsi que les détails à leur sujet.

Ne font pas partie de cette vue d’ensemble des projets les installations photovoltaïques sur l’infrastructure existante telle que les toitures et les façades, qui sont, dans leur ensemble, d’une grande importance pour atteindre les objectifs énergétiques. Dans le scénario idéal de l’«Avenir énergétique 2050», le photovoltaïque sur l’infrastructure existante fournira, en 2050, environ 16 TWh par an, sachant que le potentiel estimé est bien plus élevé.

Vérification dans la réalité: le grand potentiel de développement sera-t-il effectivement concrétisé?

La plate-forme entend montrer d’une part de combien est le potentiel de production en Suisse sur la base des grands projets actuellement connus. Une estimation de leur contribution pour combler la lacune d’électricité d’ici à 2050 est ainsi possible.

Mais entre le projet et la construction, il y a un pas. En sachant que pratiquement chaque projet de développement fait face à une grande résistance et à des années de litiges juridiques, la liste doit d’autre part fournir des éclaircissements sur le fait que le développement de la production d’électricité puisse avoir lieu ou non en réalité. À savoir, combien de térawattheures pourront, dans le meilleur des cas, être produits en plus, et quels grands projets sont retardés ou bloqués, voire complètement empêchés à cause d’oppositions, et quelles sont les raisons à cela.

La vue d’ensemble des projets et les visualisations sont développées et complétées au fur et à mesure par de nouveaux grands projets et des informations à leur sujet. L’AES prie ses membres et d’autres initiants de projets de communiquer leurs grands projets afin de pouvoir présenter un tableau aussi exact que possible. Pour savoir comment procéder, lisez notre description ci-dessousSont repris dans la liste des projets, d’une part, les grands projets communiqués par des entreprises membres, et d’autre part des grands projets qui font l’objet d’informations disponibles publiquement (médias, plans directeurs, etc.). Nous ne prétendons pas ici à l’exhaustivité.

Vue d’ensemble: projets de développement en Suisse dont nous avons connaissance

D’après cette vue d’ensemble, 127 projets de développement sont connus à l’échelle suisse (état: 02.02.2024). Parmi ceux-ci, on compte 40 projets hydrauliques, 52 installations photovoltaïques alpines au sol, 30 projets éoliens, 3 projets de biomasse et 2 projets de géothermie. Au total, si tous les grands projets se concrétisaient, on atteindrait une production annuelle de 4,6 térawattheures et au moins 3,8 TWh de courant hivernal supplémentaire.

Le graphique interactif suivant montre où, en Suisse, se trouvent des grands projets en planification ou en cours pour développer la production d’électricité. Les tableaux figurant sous le graphique interactif résument les projets de développement en fonction de l’état du projet et de la technologie.

Liste des projets: détails sur les nouvelles installations de production futures

La liste suivante répertorie les principales informations sur les grands projets dont l’AES a connaissance. Elle indique le site, la technologie, l’état du projet, la production annuelle attendue et, élément d’une grande importance, la contribution que l’installation apportera un jour à l’approvisionnement hivernal, si critique.

Tous les grands projets planifiés ne visent pas à développer la production annuelle.

Les relèvements de barrages servent au report saisonnier de la production d’électricité du semestre d’été vers le semestre d’hiver. En effet, avec des barrages plus élevés, l’eau ne doit pas être turbinée en été, mais peut être mise de côté dans le lac de barrage pour l’hiver. Un exemple typique de cela est le relèvement du barrage de Mattmark: avec le projet planifié, aucune production supplémentaire n’est prévue si l’on considère toute l’année, car aucune eau supplémentaire ne peut être cubée. Mais, grâce au relèvement du barrage, il est possible de produire beaucoup plus de courant hivernal en raison du report saisonnier.

Sources des données: données en accès libre auprès des exploitants, des médias et des autorités. Exhaustivité non garantie.
Technologie Projet Canton Puissance (MW) Prod. annuelle (GWh) Prod. hivernale (GWh) Mise à l'enquête État du projet
Biomasse WV Schüpfheim LU 0,50 4,00 0,00 01.02.2023 Réalisation
Biomasse HKW Dagmersellen LU 12,00 96,00 43,00 30.01.2025 Etude du projet
Biomasse Feststoff-Vergärungsanlage Obersee/Jona SG NA 13,00 6,00 2023 Etude du projet
Eolienne Windpark Lindenberg AG 16,50 25,00 16,00 NA Etude du projet
Eolienne Parc Eolien du Jeanbrenin – Bises de Cortébert et Corgémont BE 9,90 15,00 9,90 04.03.2021 Etude du projet
Eolienne Parc Eolien de la Montagne de Tramelan BE 14,00 28,00 18,48 10.09.2014 Etude du projet
Eolienne Romontberg BE NA 30,00 NA NA Etudes préliminaires
Eolienne Challhöchi BL,SO 13,80 25,00 NA NA Etude du projet
Eolienne Leidenberg LU 15,50 21,70 15,00 2025 Etudes préliminaires
Eolienne Äberdingerhöhe LU 27,50 38,50 26,00 2025 Etudes préliminaires
Eolienne Ruswilerberg LU 27,50 38,50 26,00 2025 Etudes préliminaires
Eolienne Salbrig LU 33,00 46,20 30,00 2025 Etudes préliminaires
Eolienne Crêt Meuron NE 10,50 11,00 NA NA Etude du projet
Eolienne Eole-de-Ruz NE 30,00 57,00 40,00 2022 Etude du projet
Eolienne Mont-de-Boveresse NE NA 63,00 NA NA Etude du projet

Tous les détails des projets ne sont pas encore connus ou disponibles (= NA) à l’heure actuelle.

Grands projets dans les cantons

Les conditions préalables nécessaires au développement des énergies renouvelables ne sont pas aussi favorables dans tous les cantons: en effet, dans certains cantons, il y a davantage de rivières ou de glaciers, le soleil brille plus longtemps et sous un angle propice, ou le vent souffle plus régulièrement ou plus fort. De plus, dans certains cantons, le potentiel de développement a déjà été très largement épuisé. Des projets de développement sont prévus ou en cours dans les cantons suivants.

Votre projet de développement ne figure pas dans la liste?

Notre liste de projets n’est pas figée: nous la complétons au fur et à mesure par de nouveaux grands projets. Par conséquent, si vous planifiez un projet dont notre liste ne fait pas encore état, communiquez-le-nous! Pour ce faire, utilisez le formulaire ci-dessous et renvoyez-le dûment complété à Michel Piot, spécialiste senior Énergie à l’AES. Merci!

Téléchargement

Nombreux projets de développement font face à une vive résistance

Les expériences des dernières années – en particulier avec les installations éoliennes – montrent que de nombreux projets de développement font face à une vive résistance et sont bloqués pendant des années par des oppositions et des procédures juridiques. De plus, entre 2010 et 2020, de nombreux projets ont également été repoussés en raison de réflexions économiques. C’est pourquoi, bien souvent, des décennies et non des années s’écoulent avant la réalisation de nouvelles installations énergétiques. La liste des projets doit par conséquent indiquer aussi la durée qui s’écoulera jusqu’au raccordement d’un projet de développement au réseau. Le temps est mesuré à partir de la mise à l’enquête publique du projet. La mise à l’enquête publique peut certes précéder une phase de planification de plusieurs années, mais elle marque une date univoque à laquelle est déclarée une intention claire de réaliser un projet. Avec la mise à l’enquête publique, un projet obtient par conséquent un degré de maturité à partir duquel il nous semble judicieux de mesurer le temps qui s’écoulera jusqu’à la mise en service.

L’avenir montrera si les mesures politiques (voir ci-dessous) et l’acceptation, élevée en soi, des énergies renouvelables par la population (voir enquête GFS de mai 2023) déploieront effectivement leurs effets sur de grands projets concrets et accéléreront le développement de la production, nécessaire d’urgence.

Mesures politiques

Besoin d’agir

La politique a reconnu qu’il fallait agir pour développer rapidement et effectivement les énergies renouvelables et veut pour cela améliorer les conditions-cadre au moyen de différents projets. Quelques mesures sont déjà entrées en vigueur, d’autres se trouvent encore au stade des délibérations politiques.

Mantelerlass

La Loi fédérale relative à un approvisionnement en électricité sûr reposant sur des énergies renouvelables comprend une révision de la Loi sur l’énergie et de la Loi sur l’approvisionnement en électricité. Également appelée Mantelerlass (ou encore acte modificateur unique), elle pose les bons jalons pour favoriser un développement rapide et massif des énergies renouvelables ainsi que pour renforcer la sécurité de l’approvisionnement en électricité et pour maintenir le cap de la neutralité climatique. À la fin de la session d’automne 2023, le Conseil national et le Conseil des États ont adopté un projet équilibré dans l’ensemble, qui nous permet au bout du compte de faire un grand pas en avant vers la réalisation des objectifs énergétiques et climatiques.

Table ronde sur l’énergie hydraulique

L’hydraulique à accumulation doit être développée pour renforcer la sécurité d’approvisionnement en hiver. D’ici à 2040, la disponibilité de 2 TWh supplémentaires issus de l’hydraulique à accumulation doit être assurée afin de fournir ainsi une contribution précieuse à l’approvisionnement hivernal, critique. En décembre 2021, lors d’une Table ronde sur l’énergie hydraulique, la Confédération, les cantons, la branche de l’électricité et les associations environnementales se sont mis d’accord sur 15 projets hydrauliques grâce auxquels l’objectif de développement entend être atteint. Dans leur déclaration commune, les acteurs ont aussi convenu de mesures compensatoires et ont fixé des recommandations générales pour la protection de la biodiversité et du paysage.

Offensive solaire

À l’automne 2022, le Parlement a décidé d’une offensive solaire afin de renforcer rapidement la sécurité d’approvisionnement en hiver. Sur le fond, l’offensive solaire veut que la production d’électricité issue de grandes installations photovoltaïques alpines soit augmentée de 2 TWh d’ici à 2025. Pour ce faire, les conditions de délivrance des autorisations sont simplifiées et un encouragement spécial est versé. Pour l’encouragement de tels projets, une rétribution unique allant jusqu’à 60% des coûts d’investissement est définie. Afin de pouvoir profiter de cette rétribution unique, l’installation doit disposer d’une autorisation de construction exécutoire et établie par le canton. Les obstacles aux autorisations sont abaissés. Ainsi, les installations sont d’intérêt national, la preuve de la nécessité et l’implantation imposée par la destination sont considérées comme données, et l’obligation de planification disparaît. Les installations doivent être raccordées au réseau et injecter de l’électricité pour la première fois d’ici à fin 2025 (au moins 10% de la production attendue ou au moins 10 GWh/an). Elles devront être complètement en service à fin 2030.

L’offensive solaire est limitée jusqu’à 2025 et doit être détachée des dispositions du Mantelerlass.

Offensive éolienne

En juin 2023, le Parlement a décidé d’accélérer les procédures d’autorisation pour les projets d’énergie éolienne déjà bien avancés. Il a adopté une «Loi fédérale sur l’accélération des procédures d’autorisation pour les projets d’installations éoliennes», qui est composée de modifications de la Loi sur l’énergie et de la Loi sur le Tribunal fédéral. La procédure accélérée entend s’appliquer à un nombre limité de projets éoliens largement avancés et d’intérêt national, qui disposent déjà d’un plan d’utilisation exécutoire et approuvé par la commune. Pour de telles installations, les cantons établissent désormais l’autorisation de construction, et non plus les communes. L’autorisation de construction ne peut être contestée que devant le plus haut tribunal cantonal et, le cas échéant, devant le Tribunal fédéral. Cela vaut jusqu’à ce qu’une puissance supplémentaire de 600 mégawatts soit installée.

Projet d’accélération

Le programme est dans le nom: avec le projet d’accélération, le Conseil fédéral propose des mesures visant à accélérer les procédures d’autorisation portant sur des projets axés sur des énergies renouvelables. Les centrales éoliennes et solaires revêtant un intérêt national doivent désormais faire l’objet d’une procédure cantonale concentrée pour l’approbation des plans. Celle-ci condense en une seule procédure l’attribution de toutes les autorisations nécessaires à un projet dans un délai de six mois après le dépôt de tous les documents. Il s’agit ainsi d’éviter qu’un projet soit subdivisé en une succession d’étapes et que chaque décision puisse faire l’objet d’un recours jusqu’au Tribunal fédéral. L’approbation des plans sera délivrée par le canton, mais les communes devront être impliquées tôt dans le processus. Le projet d’accélération prévoit en outre que les recours contre l’approbation des plans et les autorisations de centrales hydroélectriques ne puissent plus être déposés qu’auprès du tribunal cantonal supérieur et du Tribunal fédéral, ceux-ci devant statuer dans un délai de 180 jours.

Les cantons définiront par ailleurs dans leurs plans directeurs des zones appropriées pour les installations éoliennes et photovoltaïques ou les tronçons de cours d’eau destinés aux installations hydroélectriques. Dans ces zones, il ne sera plus nécessaire de prévoir dans le plan directeur un projet d’utilisation de base.

Le projet d’accélération concerne également les réseaux de transport d’électricité. À l’avenir, un corridor de planification sera directement défini dans le cadre de la procédure du plan sectoriel (au lieu de commencer par une zone de planification comme jusqu’à présent). Il est nécessaire que le développement des réseaux électriques se fasse au même rythme que celui de la production. En effet, dans le pire des cas, une nouvelle installation de production ne peut pas être mise en service par manque de capacités de réseau.

Le Conseil fédéral a transmis le projet d’accélération au Parlement en juin 2023.

Acceptation

Sondage auprès de la population: large soutien des énergies renouvelables

Un système énergétique climatiquement neutre qui garantisse la sécurité d’approvisionnement se fonde idéalement sur une acceptation élevée des (nouvelles) infrastructures énergétiques dans le pays et sur une collaboration étroite avec l’Europe en matière de politique énergétique. C’est à cette conclusion qu’en arrive l’étude «Avenir énergétique 2050» de l’AES. D’après un sondage représentatif effectué auprès de la population en mai 2023, l’acceptation des énergies renouvelables est très élevée. Cela est démontré par les valeurs d’approbation élevées pour les différentes technologies de production: les installations solaires sur les bâtiments et les façades sont approuvées à 97%, l’hydraulique à 89%, l’éolien à 76%. Tout aussi incontesté dans la population: le développement photovoltaïque sur l’infrastructure existante telle que les autoroutes ou les barrages). En revanche, la population n’est pas totalement convaincue par les grandes installations solaires dans les montagnes et au sol. Elle privilégie cependant clairement de nouveaux lacs de barrage sur des sites où se trouvait auparavant un glacier, et les éoliennes que l’on peut voir sur la colline depuis sa maison. De même, la population se montre en grande majorité ouverte au développement d’autres formes d’énergie telles que la biomasse, la géothermie et l’hydrogène.

Intérêts de protection et d’utilisation

Mais l’approbation écrasante des énergies renouvelables dans la population ne se manifeste absolument pas dans le rythme de développement. Trop de projets sont bloqués en raison d’intérêts particuliers. Il y a aussi régulièrement des conflits entre intérêts de protection et intérêts d’utilisation. Le développement des énergies renouvelables est impossible sans quelques atteintes à la nature et au paysage. Trouver le juste milieu entre protection et utilisation des ressources naturelles est faisable, comme le prouvent nombre d’exemples. Il est indispensable de trouver une voie constructive et pragmatique, car: énergies renouvelables = protection du climat = protection des ressources naturelles = protection de la biodiversité.

«Avenir énergétique 2050» de l’AES

L’approvisionnement énergétique de la Suisse d’ici à 2050

L’étude «Avenir énergétique 2050», que l’AES a réalisée avec l’Empa et dont elle a présenté les résultats en décembre 2022, analyse des scénarios possibles pour transformer le système énergétique suisse, ainsi que leurs répercussions, en particulier concernant la réalisation des objectifs énergétiques et climatiques de la Suisse.

Se projeter en 2050 montre que les besoins en électricité en Suisse vont augmenter et que, sans un développement accéléré de la production, une hausse massive de l’efficacité, une transformation et un développement ciblé des réseaux, ainsi qu’une étroite collaboration avec l’Europe, nous n’atteindrons pas les objectifs énergétiques et climatiques. Les résultats montrent clairement qu’une acceptation élevée des nouvelles infrastructures énergétiques et une coopération étroite sur l’énergie avec l’UE créent les meilleures conditions préalables à la sécurité d’approvisionnement et à la réalisation des objectifs énergétiques et climatiques, et ce aux moindres coûts.

L’hydraulique restera le pilier porteur du système énergétique suisse. Si l’acceptation est élevée, environ 2 TWh d’hydraulique à accumulation pourront s’ajouter d’ici à 2050, ce qui améliorerait la sécurité du système énergétique en hiver. D’après l’Avenir énergétique 2050, le développement d’installations photovoltaïques alpines et de l’éolien apporterait également d’importants avantages pour l’approvisionnement électrique en hiver.

Feuille de route de l’AES Sécurité d’approvisionnement

Aperçu global sur plus de 40 mesures

Le développement des énergies renouvelables est un pilier important pour garantir la sécurité d’approvisionnement à long terme. Mais produire davantage d’électricité n’est pas la seule mesure – c’est une parmi de nombreuses autres. De quelles mesures s’agit-il? C’est ce que l’AES formule dans sa Feuille de route sur la sécurité d’approvisionnement. La sécurité d’approvisionnement ne fonctionne que dans un système global, si tous les acteurs impliqués interagissent. La Feuille de route de l’AES contient plus de 40 mesures tout au long de la chaîne de création de valeur – consommation, production, stockage centralisé-décentralisé, négoce et réseaux – et montre quels leviers la Suisse doit actionner en parallèle. Elle tient également compte des questions d’acceptation, ainsi que des thèmes des procédures et de la collaboration sur l’électricité Suisse-UE.