En 2017, les centrales nucléaires ont produit près d’un tiers de l’électricité suisse

01.02.18

En 2017, les cinq centrales nucléaires suisses ont produit 19’548 gigawattheures nets (GWh) d’énergie en ruban respectueuse du climat. La production nucléaire a ainsi été de nouveau légèrement inférieure à celle de l’année précédente (20’309 GWh). Mais avec cette part dans la production nationale, les centrales nucléaires suisses contribuent encore largement à la sécurité de l’approvisionnement.

Au total, les centrales nucléaires suisses ont produit en 2017 19’548 GWh nets d’électricité (année précédente 20’309 GWh). Sont ici inclus 96 GWh que les centrales nucléaires de Beznau-2 (26 GWh) et Gösgen (70 GWh) ont pu injecter sous la forme de chauffage urbain au profit de bâtiments d’habitation et d’entreprises commerciales de la région. La mise à profit de cette vapeur de chauffage a permis d’économiser 80’000 tonnes d’émissions de CO2 par rapport à la combustion de fuel.

La production nucléaire est nettement inférieure à celle de la moyenne à long terme, d’env. 25’000 GWh. A l’exception d’un arrêt en raison d’une petite fuite d’huile dans le domaine non nucléaire, la centrale nucléaire de Beznau-2 a enregistré une année d’exploitation sans dérangement. De même, la centrale nucléaire de Mühleberg a passé une année d’exploitation – son antépénultième– sans perturbation. Par ailleurs, la centrale nucléaire de Gösgen a pu fonctionner à pleine charge en 2017, à l’exception des abaissements de puissance prévus. En revanche, Beznau-1 est restée arrêtée durant toute l’année en raison d’importants contrôles dans le cadre de la démonstration de sécurité pour la cuve de réacteur. De plus, du début d’année au 17 février, la centrale nucléaire de Leibstadt est restée à l’arrêt en raison des oxydations locales constatées l’année dernière sur les barres de combustibles. L’installation a ensuite été exploitée à puissance de réacteur réduite. Cette mesure d’accompagnement et le fait que les assemblages combustibles n’ont pas été livrés conformément aux spécifications, et dont le remplacement a retardé la reprise après la révision annuelle principale, ont réduit la production de la KKL de près d’un tiers au total.

Pas d’incidents importants du point de vue de la sécurité
Les 29 événements soumis au devoir de notification de l’année 2017 ont été classés par l’IFSN au niveau 0 de l’échelle INES, soit sans incidence sur la sécurité nucléaire. La protection du personnel et de la population contre le rayonnement a été assurée à tout moment. Comme dans les années précédentes, les émissions de substances radioactives via les eaux usées et l’air vicié étaient nettement en dessous des valeurs limites.

Des investissements considérables à nouveau
Durant les révisions annuelles, outre le remplacement des assemblages combustibles et les vastes programmes de contrôle, les nécessaires travaux de maintenance ont été entrepris sur différents éléments. De plus, il a été investi dans la modernisation et la sécurité des installations:

  • Leibstadt: les séparateurs d’eau / resurchauffeurs intermédiaires ont été remplacés, deux gros composants de chacun environ 240 tonnes, livrés en quatre parties individuelles et montés sur place.
  • Gösgen: les joints de soudure et le matériel de base de la cuve de réacteur ont été vérifiés aux ultrasons et quatre contrôles d’étanchéité trimestriels ont été réalisés sur le confinement. Pour l’exploitation à long terme de l’installation, la machine de charge des assemblages combustibles a été remise à l’état le plus actuel de la technique.
  • Mühleberg: même si cette installation arrête son fonctionnement en puissance fin 2019, la robustesse de l’alimentation électrique de secours  a encore été accrue.
  • Beznau 2: la robustesse antisismique du système primaire auxiliaire d’eau de refroidissement a été augmentée et les systèmes d’alimentation en courant continu ont été totalement renouvelés. Par ailleurs, les piscines de combustibles des deux blocs ont été équipées en sus de dispositifs de température et de niveau résistants aux incidents.

Un lieu de travail et de rencontre attrayantA la fin de l’année, les centrales nucléaires suisses employaient 1894 collaborateurs (année précédente 1893) dans 1843,4 emplois à plein temps, dont 60 jeunes en formation, notamment d’automaticiens, d’électroniciens, de polymécaniciens, d’employés de commerce, d’informaticiens, de laborantins et de logisticiens. En 2017, près de 32’300 personnes (année précédente 39’000 personnes) ont fréquenté une centrale nucléaire suisse, que ce soit pour une visite guidée de l’exposition, une visite de l’installation, une formation continue ou une manifestation publique.    (swissnuclear)

 

 

retour
  

  

  
Offres d'emploi
 

01.12.2017

Annonceur: Votre entreprise