Environnement

La Suisse suit le concept du développement durable, qui exige une évaluation équilibrée des technologies selon des critères écologiques, économiques et sociétaux. Par conséquent, l'approvisionnement en électricité doit être respectueux de l'environnement, sécurisé, abordable et être accueilli favorablement par la population.


Le potentiel de développement de la grande hydraulique est limité: des extensions et des rénovations ciblées lui permettront d'accroître sa part d'environ 5% seulement d'ici 2030. Le renforcement des prescriptions en matière de protection des eaux entraînera en outre une baisse de la production d'électricité.


La proportion des autres énergies renouvelables devrait augmenter de manière sensible. D'ici 2050, leur contribution à l'approvisionnement en électricité pourrait – dans des conditions-cadre idéales – correspondre à celle d'une très grosse centrale nucléaire. Ces options comportent toutefois des inconvénients: si l'énergie solaire respecte l'environnement, elle n'offre aucune sécurité en matière d'approvisionnement et demeure coûteuse. Outre son irrégularité, la production éolienne d'électricité va de pair avec des nuisances sonores et des atteintes notables au paysage. Tandis que la biomasse issues des déchets (dont déchets verts) est neutre en CO2, sa disponibilité est limitée et elle génère des frais de transport et de logistique. Bien que fiable et respectueuse de l'environnement, la géothermie semble vouée à un avenir incertain en Suisse faute de sites appropriés.

  
 

Climat

Les trois quarts des besoins énergétiques suisses sont couverts par le pétrole, les carburants et le gaz naturel. Ces énergies sont majoritairement destinées au chauffage et aux transports, responsables de la plupart des émissions de CO2. Représentant près d'un quart de notre consommation énergétique, l'électricité est produite de manière très respectueuse du climat. Ainsi, dans notre pays, moins de 3% des émissions de gaz à effet de serre peuvent lui être imputés. La moyenne mondiale s'établit à 40% – principalement en raison des centrales thermiques utilisant du charbon, du gaz naturel ou du pétrole. Les émissions de CO2 sont également dues à l'extraction de matières premières ou à la construction de centrales et de leurs composantes (p. ex. panneaux solaires).

 

A la maison et dans la rue: l'électricité à la place des énergies fossiles

Les bâtiments et les appareils de chauffage offrent un potentiel considérable en matière de réduction des émissions de CO2. Une meilleure isolation et des applications telles que des pompes à chaleur ou l'énergie solaire thermique permettent en effet d'augmenter l'efficacité énergétique globale. Idem pour le trafic routier: aujourd'hui, les Suisses parcourent en moyenne 37 km chaque jour au volant de leur voiture – une distance à la portée des modèles électriques actuels.

 

La voiture électrique de demain

A l'avenir, l'électricité aura une place encore plus grande dans nos vies. Elle remplacera en effet les énergies fossiles comme le pétrole ou le gaz dans de plus en plus d'applications. Bien souvent, l'électricité constitue l'option la plus économique et la plus efficace: par exemple, lorsqu'il s'agit de remplacer des pompes à mazout par des pompes à chaleur ou des moteurs à combustion par des moteurs électriques. Selon une estimation de l'EPF, d'ici 2050, la part de l'électricité dans le mix énergétique suisse total pourrait réprésenter jusqu'à 50% .

 

Le temps presse

La restructuration du système énergétique – amélioration de l'efficacité énergétique, importance accrue des énergies renouvelables et renforcement de l'électrification – nécessitera plusieurs dizaines d'années. Les investissements requis s'inscrivant pour la plupart dans la durée, l'extension des installations de production d'électricité et des réseaux doit être prise en main dès aujourd'hui.

  

 

Communiqués de presse

22.06.2017

AES: la solution transitoire pour la redevance hydraulique est un pas dans la bonne direction

L’Association des entreprises électriques suisses prend acte de la proposition du Conseil fédéral d’implémenter, à partir de 2020, une solution transitoire à la place d’une nouvelle réglementation de la redevance hydraulique.

Catégorie : Communiqués de presse
 

 

News

22.06.2017

Le Conseil fédéral a ouvert la consultation sur la révision de la loi sur les forces hydrauliques...

20.06.2017

Lors de l’assemblée générale de la Nagra qui s’est tenue ce jour, Corina Eichenberger, présidente...

20.06.2017

Du 26 au 30 juin 2017, des spécialistes venus de France, d’Allemagne, de Tchéquie et de Suisse...

 
Offres d'emploi
 

11.11.2016

Annonceur: Votre entreprise