Développement des réseaux électriques

Le réseau suisse de transport d’électricité constitue une œuvre de pionnier issue de l’après-guerre, qui permet l’échange d’électricité avec les pays européens voisins en cas de défaillance des centrales. Plus des deux tiers du réseau haute tension long de 6700 km ont atteint depuis leur durée de vie. Ils doivent désormais être renouvelés et étendus pour répondre aux exigences actuelles et futures en matière d’approvisionnement en électricité.


Le gestionnaire du réseau de transport suisse Swissgrid a défini 52 projets d’aménagement à mettre en œuvre d’ici 2020. Environ 1000 km de conduites sont à remplacer et à prolonger pour un coût estimé à 6 milliards de francs. Le rythme auquel est menée l’extension du réseau doit s’accélérer de manière notable, sans quoi le nouveau réseau de transport ne sera prêt qu’en 2070.


Faute de rapidité suffisante, les énergies éolienne et solaire ne pourront être utilisées à grande échelle dans certaines circonstances. Des congestions sur le réseau pourraient empêcher d’exploiter les centrales de pompage-turbinage à pleine puissance. Or celles-ci sont indispensables car elles compensent les productions éolienne et solaire, qui sont irrégulières. Des problèmes peuvent également se poser au niveau du réseau de distribution avec les installations décentralisées injectant de l’électricité. Les renforcements et les extensions du réseau, alliés à la gestion intelligente centralisée de ce dernier (smart grid), seront donc nécessaires à l’intégration des autres énergies renouvelables en Suisse.

 
 

Des réseaux intelligents pour demain

La part croissante de la production décentralisée et stochastique confère une importance accrue à la gestion de la charge. Des réseaux intelligents (ou smart grids) relient et coordonnent les points de production, de stockage et de consommation au moyen de technologies de l'information et de la communication modernes, notamment via une nouvelle génération de compteurs (smart meters) permettant la gestion et la communication entre les installations participantes. D'ici 2022, 80% des ménages de l'UE doivent être équipés d'un tel dispositif. En Suisse, aucune règlementation similaire n'existe. Toutefois il y a longtemps que le déploiement de la télécommande centralisée a fait ses preuves. Ce système, qui permet de piloter des appareils gourmands en électricité tels que les chauffe-eau, peut être considéré comme l'étape préparatoire au développement d'un futur smart grid. Néanmoins, compte tenu des nombreux obstacles qu'il reste à franchir, la Suisse ne devrait pas disposer d'un réseau intelligent couvrant tout le territoire et permettant la gestion des appareils et des installations via des compteurs intelligents avant 2030.

  

 

Communiqués de presse

13.07.2017

Des univers énergétiques plutôt que des prévisions: l’AES pense l’avenir énergétique

Comment notre système énergétique pourrait-il se présenter en 2035? Quels modèles de marché et d’affaires ont des chances de réussite? Quel sera le rôle de l’hydraulique? L’Association des entreprises électriques suisses (AES)...

Catégorie : Communiqués de presse
 

 

News

07.08.2017

La tranche 2 de la centrale nucléaire de Beznau peut redémarrer. L’Inspection fédérale de la...

03.08.2017

Dans le cadre de sa planification hivernale 2017/2018, Swissgrid a décidé de réaliser des appels...

03.08.2017

Dans son arrêt publié le 18 juillet 2017, le Tribunal fédéral a admis un recours de l'association...

 
Offres d'emploi
 

01.08.2017

Annonceur: Votre entreprise