Le projet Massongex-Bex-Rhône va de l'avant

Les Forces motrices valaisannes, Romande Energie Holding et les Services industriels de Lausanne ont confirmé leur volonté de poursuivre le projet de palier hydroélectrique Massongex-Bex-Rhône. Ils prévoient de créer la société MBR SA en 2019. Celle-ci sera la titulaire des concessions de droit d’eau valaisanne et vaudoise. Le projet s’inscrit dans la Stratégie énergétique de la Confédération et pourrait bénéficier de l’aide fédérale à l’investissement pour la grande hydraulique.
20.03.2019

En 2008, les Forces motrices valaisannes (FMV), Romande Energie Holding (REH) et la Ville de Lausanne (SiL) se sont associées pour analyser la faisabilité d’un palier hydroélectrique sur le Rhône entre Massongex (VS) et Bex (VD), palier qui avait déjà fait l’objet d’études à la fin des années 80.

Un consortium a été créé en 2009 par les trois partenaires pour financer les études nécessaires à l’obtention des droits d’eau. Les demandes de concession ont été déposées fin 2016 auprès des autorités cantonales concédantes. Les concessions de droit d’eau ont été sollicitées par le consortium pour une durée de 80 ans. Il s’agit là d’un engagement à très long terme des partenaires. Les offices fédéraux ayant récemment rendu leurs prises de position, les décisions d’octroi des concessions devraient tomber dans le courant de l’année 2019.

La décision de créer la société MBR SA confirme la volonté des partenaires de poursuivre le projet. La société aura son siège à Massongex. Elle sera dotée d’un capital initial de 1 million de francs, détenu à 50% par FMV, 33,33% par REH et à 16,67% par la Ville de Lausanne. L’énergie produite sera rachetée par les actionnaires au prix de revient.

Le projet a un coût estimé à ce jour d’environ 158 millions de francs. Il pourrait bénéficier du soutien financier prévu par la loi fédérale sur l’énergie en faveur des nouveaux projets hydroélectriques. Cette contribution d’investissement couvre jusqu’à 35% des coûts imputables. Si la suite du projet se déroule de manière optimale, sa réalisation pourrait débuter au plus tôt en 2022, pour une mise en service en 2025. (romande energie)